Warning: preg_match(): Compilation failed: nothing to repeat at offset 1 in /home/workinpharma/domains/blog.workinpharma.fr/public_html/wp-includes/class-wp.php on line 223

Warning: preg_match(): Compilation failed: nothing to repeat at offset 1 in /home/workinpharma/domains/blog.workinpharma.fr/public_html/wp-includes/class-wp.php on line 224
Un mois sans fumer, c’est 5 fois plus de chances d’arrêter définitivement… - Workinpharma
 

Actualités de la pharmaciePréventionTabacUn mois sans fumer, c’est 5 fois plus de chances d’arrêter définitivement…

https://blog.workinpharma.fr/wp-content/uploads/2020/11/Capture-decran-2020-11-04-a-10.28.15.png
En novembre, on arrête ensemble !

Le « MoisSansTabac » déployé durant le mois de novembre peut vous y aider gratuitement ? Kit d’aide à l’arrêt, encouragements, application personnalisée, groupes de soutien, consultations téléphoniques gratuites avec des tabacologues… Pendant un mois, Tabac Info Service vous accompagne.

Plus de 200 000 personnes ont participé au Mois sans tabac en 2019. Depuis sa création en 2016, le Mois sans Tabac a permis à 1.6 millions de fumeurs d’arrêter de fumer.
 
Cette année, le « Mois sans tabac » coïncide avec un deuxième confinement. Mauvais calendrier pour tous les fumeurs qui voudraient arrêter ? 
 
C’est toujours le bon moment dès qu’on comprend qu’il ne faut pas tout baser sur la motivation. Être dépendant de la nicotine, c’est une maladie du cerveau, une dérégulation du circuit de la dopamine (circuit du plaisir). Et cette maladie a été délibérément inoculée aux fumeurs par les industriels du tabac pour en faire des clients à vie. Moins de 8 % des fumeurs réussissent à arrêter la cigarette par leur seule volonté et, parmi eux, 80 % en payent le prix (nervosité, irritabilité, prise de poids, envie persistante de fumer). Le Mois sans tabac est l’occasion de tendre la main aux fumeurs en leur proposant un accompagnement.
 
Lors du premier confinement, environ 25 % des fumeurs ont augmenté leur consommation. Il s’agit essentiellement de jeunes actifs, autour de 35 ans, qui ont vécu la période avec stress et anxiété. Pour eux et pour ceux qui voulaient arrêter, devoir affronter le manque de nicotine dont ils étaient dépendants a majoré l’anxiété et le stress. Ce stress peut être géré (exercices de sophrologie, de cohérence cardiaque par exemple) mais, surtout, il faut demander un accompagnement. La nicotine est la clé de la dépendance au tabac. La réussite du sevrage passe par la bonne utilisation et le bon dosage des substituts nicotiniques : quelqu’un qui fume deux paquets par jour depuis 30 ans n’arrivera pas à se sevrer avec un seul patch de 21 mg et ce message ne passe pas assez auprès des professionnels de santé. 
Le rôle du pharmacien ! 

Les pharmaciens d’officine pourraient fournir un traitement efficace d’arrêt du tabac puisqu’ils offrent un accès facile aux membres de la communauté. Ils sont bien placés pour fournir, à la fois, des conseils sur l’utilisation correcte des produits de désaccoutumance au tabac, et un soutien comportemental pour aider à arrêter de fumer.

Choisir le bon dosage et le bon traitement n’est pas chose aisée. Les patchs, gommes et autres comprimés ont un rôle bien distinct au cours d’un sevrage. Aussi demander conseil à son pharmacien peut se révéler utile.
Quel accompagnement de la Sécurité sociale dans le cadre du sevrage tabagique ?

L’Assurance maladie offre un accompagnement à ses assurés en faveur de l’arrêt du tabac.

Depuis le 1er janvier 2019, les substituts nicotiniques sont remboursés à 65 % par l’Assurance maladie. Le ticket modérateur peut être pris en charge par une complémentaire santé.

Auparavant, le remboursement était soumis à un plafond annuel de 150 € par an. Depuis le début de l’année 2019, une simplification a été opérée et le remboursement n’est plus soumis au plafond. Les pharmacies peuvent désormais pratiquer la dispense d’avance de frais pour ces produits.

Une prise en charge sous conditions

Pour être remboursés, les substituts nicotiniques doivent impérativement faire l’objet d’une prescription médicale consacrée exclusivement à ces produits.

En outre, ils doivent figurer sur la liste des substituts nicotiniques pris en charge à l’Assurance maladie. (lien : https://www.ameli.fr/sites/default/files/Documents/441422/document/liste_substituts-nicotiniques_assurance-maladie_2019-02-08.pdf)

 

Vous souhaitez arrêter de fumer ? 

A vous de jouer et participez au mois sans tabac sur https://mois-sans-tabac.tabac-info-service.fr

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *